Jean RIGAUD

Jean RIGAUD (1924-2005)

Parachutiste pendant la Deuxième Guerre Mondiale, engagé volontaire dans les FFI.

Agrégé de Lettres classiques, il s’était retiré en 1968 pour se consacrer à son activité créatrice de fiction et de photographie, puis à des recherches sur l’histoire des mythes et des religions. Après avoir enseigné pendant une vingtaine d’années le Français et le Grec, le Latin aussi, avec un succès certain, il se mit à l’écriture de récits qu’il ne se préoccupa jamais de publier, et qui ont été rassemblés, après sa mort en 2005, sous le titre de Cavaliers seuls (798 pages, Paris, La Table ronde). Le volume n’inclut pas Free Lance dont la publication par les Éditions La Féline constitue un tirage de tête, maintenant épuisé mais accessible sur : www.editions-lafeline.com/

Pendant toutes ces années, par ailleurs, il photographiait en noir et blanc l’eau et les ruines, les arbres et les rochers. Il trouvait que tous ces sujets étaient dotés d’une vie intense qui n’était pas étrangère à l’humain. En fait il portait sur le monde un regard singulier où le temps et l’espace n’obéissent plus à la mesure commune, mais à une recomposition à la fois subjective et cosmique.

Ainsi dans ses photographies, comme dans ses écrits, il cherchait, entre autres, une réponse à la question fondamentale : « Que sommes-nous ? »