Christian ANDRES

Christian ANDRÈS

Professeur émérite de langue, littérature et civilisation espagnoles du Siècle d’Or à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens.

Agrégé d’espagnol, auteur d’une thèse de Doctorat d’Etat, Connaissances et croyances au Siècle d’Or d’après l’œuvre théâtrale de Lope de Vega (Paris X-Nanterre, 1987 ; ANRT, Lille III, 1987), de divers ouvrages sur le Siècle d’Or dont Visión de Colón, de América y de los indios en el teatro de Lope de Vega (Acta Columbina 7, Kassel, Ed. Reichenberger, 1990), Visión de los Pizarros,  de la conquista del Perú y de los indios en el teatro de Tirso de Molina (Acta Columbina 10, 1991), d’une édition critique d’intermèdes du XVIIe siècle, Entremeses de Luis Quiñones de Benavente (Madrid, Cátedra, Letras Hispánicas 333, 1991), d’une édition critique d’une comedia de Lope de Vega, La bella malmaridada o la cortesana (Madrid, Editorial Castalia / Comunidad de Madrid, Clásicos Madrileños, 2001), d’un manuel sur le théâtre classique espagnol publié dans la collection Theatrum Mundi, Regards sur le théâtre du Siècle d’Or espagnol. Des origines à l’agonie d’un genre : la comedia (Avignon, Ed. ARIAS, PU, 2004), de nombreux articles (une soixantaine) et d’une vingtaine de communications dans des colloques et congrès internationaux (France, Espagne, Angleterre, Allemagne) portant principalement sur le théâtre de Cervantès, Lope de Vega, Tirso de Molina, Calderón de la Barca, mais aussi sur le genre romanesque et poétique.

Il a traduit en français pour la première fois un long (près de 5000 vers) poème héroïque de Lope de Vega publié à Valence en 1598 (La Dragontea, Editions Publibook, 2005), coordonné trois ouvrages collectifs (Actes de colloques, sur le roman posthume de Cervantès, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, en 2003 ; sur le roman picaresque dont le Buscón, de Quevedo,, en 2006 ; et sur «L’Espagne des Validos » en 2009, où il est question d’une comedia peu connue de Quevedo : Cómo ha de ser el privado). Comme cervantiste, il a rédigé l’entrée « Brujería » [« Sorcellerie »] de la Gran Enciclopedia Cervantina (Vol. II, Editorial Castalia, Madrid, 2006, p. 1513a-1521a). A publié récemment (juillet 2014) sa troisième édition critique (en espagnol) d’une œuvre théâtrale, La malcasadacomedia de Lope de Vega, aux Éditions Orbis Tertius, Villeurbanne.

Membre du Comité de lecture et de rédaction de Théâtres du Monde, membre élu du Comité directeur de la Société des Hispanistes Français (S.H.F.) de 2002 à 2010.